Étiquettes

, , , , , , , , ,

988253_10151774545382008_1493733950_n

LA MINUTE MARTIALE du 15/12/2014
M comme Motivation 2/2 et 1/2

Comme l’on se trompe lorsqu’on parle de motivation ! Bien souvent on la confond avec la volonté.
Pourtant c’est une question fondamentale pour un pratiquant : comment rester « motivé » après tant d’années de pratique ? Souvent l’obtention du 1er dan constitue un aboutissement qui fait perdre toute motivation. Il y a deux fois plus de 2ème dans que de 1er dans (c’est-à-dire 2 ans après). Le problème est donc très sérieux. En fait « rester motivé », tel qu’on l’entend dans le sens commun, c’est impossible… D’où 3 petits conseils.

1) D’abord on passe tous par des hauts et des bas. Même le plus passionné fini par ne plus vouloir aller s’entraîner car mieux à faire, besoin de se reposer, copine à cajoler ou mur à poncer… Le premier conseil est donc assez simple : accepter cette réalité qui fait qu’on se lasse de tout mais que si quelque chose est réellement important pour nous on y revient toujours/un jour. Alors pourquoi pas, pendant un temps, faire une pause, tenter un autre art martial ? Ou le tricot, remarquable comme exercice de synchronisation et de précision.

2) Ensuite, croyez-vous vraiment que les êtres humains soient suffisamment forts pour s’obliger à pratiquer quelque chose qui les fatigue ou qui les ennuie par leur seule volonté ?
Honnêtement ?
La volonté est faillible. Le secret de toute pratique sur le long terme qui est ici notre deuxième conseil est simple : créer des routines. Faire de la place dans son planning spécifiquement réservée à la pratique sans jamais déroger c’est un premier pas.
Le deuxième pas c’est l’engagement. Vous vous engagez à aider votre prof tous les mercredis soir pour encadrer les enfants ? Voilà une bonne manière de créer une routine déclenchée d’abord par une passion et l’envie d’aider… bref une autre manière de diversifier sa pratique pour la rendre plus riche tout en s’obligeant à être présent au dojo !
Et les soirs de coup de mou ce sont les gamins qui vous redonneront le sourire.

3) Enfin, il vous faut distinguer la « vraie » et la « fausse » motivation comme disait Paul Diel. Qu’est-ce que la « fausse motivation » ?
Celle qui vous fait vous entraîner pour le regard d’autrui, pour le « paraître ». C’est superficiel et éphémère, bien qu’efficace à court terme. Une fois le 1er dan acquis vous stagnerez ou vous arrêterez.
Qu’est-ce que la « vraie motivation » ?
Elle est propre à chacun et demande un peu d’introspection et d’honnêteté envers soi-même. Le bien vieillir, la bonne santé, créer des liens avec d’autres personnes, bref tout ce qui vous pousse au « bien » sur le long terme, c’est déjà un bon indicateur de motivation !

Article originellement paru sur le FB du club de Karaté TaïJitsu deLeers

Publicités